Découverte de neuf nouveaux manuscrits de la mer Mortede Aristophil

Manuscrits de la mer Morte © Image Globe

Neuf nouveaux manuscrits ont été découverts : ils étaient cachés à l’intérieur de phylactères découverts lors des fouilles à Qumrân, sur les bords de la mer Morte, il y a soixante ans, qui n’avaient jamais été ouverts. La nouvelle a été annoncée lors d’une conférence à la Faculté de théologie de Lugano, en Suisse.

L’ensemble des manuscrits, découverts entre 1947 et le début des années 1960 en Cisjordanie ont été rédigés en plusieurs langues (grec, araméen et hébreu principalement) entre le IIIe siècle av. J.-C. et le Ier siècle de notre ère. Certains présentent un contenu biblique, d’autres non. Ils sont aujourd’hui conservés dans une section spéciale du musée d’Israël à Jérusalem.

Quelques manuscrits de la mer Morte sont désormais consultables gratuitement sur le site de la Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library.

C’est sur initiative de l’Autorité des antiquités d’Israël (AAI), soutenue par le géant Google, que la « bibliothèque virtuelle des manuscrits de la Mer Morte Leon Levy » a vu le jour. Elle permet à tout un chacun de consulter en ligne gratuitement la version numérique des célèbres rouleaux de papyrus.

Manuscrits de la mer Morte
© Image Globe

Il s’agit du premier projet de photographie des manuscrits de la mer Morte dans leur ensemble. Au total, ce sont 930 manuscrits, composés de 30.000 fragments, qui ont été convertis en images haute définition par la société américaine MegaVision, grâce à une technologie de photographie haute définition en plusieurs longueurs d’ondes inventée par la Nasa.

Le rendu procure un niveau de détail équivalent aux papyrus originaux, mais avec la possibilité de naviguer dans les textes et de les examiner au plus près sans risque de les abîmer. Une fenêtre interactive permet de faire défiler chaque papyrus, de zoomer ou d’afficher en plein écran. L’internaute peut par ailleurs effectuer ses recherches sur un fragment en particulier ou à partir de la langue d’écriture, du contenu ou du lieu où le papyrus a été découvert. À ces fragments s’ajoutent également des notes incluant des traductions et des commentaires historiques afin de rendre les clichés les plus compréhensibles possible.

L’ensemble des manuscrits, découverts entre 1947 et les débuts des années 60 sur les bords de la mer Morte à Qumrân, en Cisjordanie, ont été rédigés en plusieurs langues (grec, araméen et hébreu principalement) entre le IIIe siècle ACN et le Ier siècle de notre ère. Certains présentent un contenu biblique, d’autres non. Ils sont aujourd’hui conservés dans une section spéciale du musée d’Israël à Jérusalem.

Source: faitreligieux.com et levif.be

Source: Aristophil

© Aconseil 2014 - Mentions légales - Recrutement

top