Le Marquis de Sade à l’Institut des lettres et manuscritsde Aristophil

Max Ernst La femme 100 têtes

EXPOSITION – Le manuscrit des Cent vingt journées de Sodome, du Marquis de Sade, est pour la première fois exposé au public à l’Institut des Lettres et Manuscrits. Autour de ce roman sulfureux, l’institution présente une collection de livres rares, lettres et dessins, du XVIe siècle à nos jours, portant sur le libertinage.

Max Ernst, La Femme 100 têtes, illustré de 147 collages de Max Ernst, Introduction d’André Breton, Paris : Editions du Carrefour, 1929. ©Coll. privée/Musée des Lettres et Manuscrits, Paris

C’est un texte à ne pas mettre devant tous les yeux. Le manuscrit des Cent vingt journées de Sodome est pour la première fois montré au public à L’Institut des Lettres et Manuscrits qui présente jusqu’au 18 janvier 2015 l’exposition Sade – Marquis de l’ombre, prince des Lumières – L’éventail des libertinages du XVIe au XXe siècle. C’est en 1785 que le Marquis de Sade, enfermé à la Bastille, écrit son sulfureux roman qui retrace quatre mois de débauches sexuelles auxquelles se livrent quatre aristocrates pervers. Pour mettre à l’abri son œuvre, Sade la rédige sur de petits bouts de papier. Reliés entre eux, ils forment un rouleau de 12 mètres de long que l’auteur cache entre deux pierres de sa cellule. Le document, très bien conservé, est impressionnant. Et afin de pouvoir mieux admirer et déchiffrer la minuscule écriture de Sade, des loupes sont gracieusement mises à la disposition des visiteurs…

Lire la suite sur METRONEWS

Le communiqué de presse est téléchargeable ici.

Source: Aristophil

© Aconseil 2014 - Mentions légales - Recrutement

top