Les fonds de pension mondiaux s’intéressent aux lettres et manuscritsde Aristophil

La 4e édition du Forum mondial des Fonds de pension (World Pensions Council) s’est tenue les 22 et 23 octobre derniers à Paris. La diversification des actifs étant à l’ordre du jour, les organisateurs avaient invité le spécialiste français de l’investissement dans les lettres et manuscrits, Aristophil, ainsi que la rédaction de Vox Patrimonia, pour une présentation du marché de l’art en général et des lettres et manuscrits en particulier. Le tout devant un parterre d’experts de la Banque mondiale, de la Commission européenne, de l’AMF et bien sûr de gestionnaires de fonds de pension de tous pays.

Paris, le 23 octobre dernier, Institut des Lettres et Manuscrits. C’est l’ambiance des grands soirs, petits fours et champagne, discussions feutrées sous les lambris XVIIe siècle du siège de l’Institut des Lettres et Manuscrits (ILM). Les salons baroques sont décorés de vitrines mettant en valeur des originaux de Flaubert, Romain Gary, Einstein… Des rumeurs admiratives parcourent l’assistance lorsque l’on apporte quelques autographes rares sortis des collections d’Aristophil, l’acteur de référence sur le marché des lettres et manuscrits, dont l’Institut est une émanation. Pourtant, ce n’est pas une délégation de bibliophiles que l’ILM reçoit ce soir-là, mais les représentants d’une profession qui pèse 32000 milliards de dollars, soit près de douze fois le PIB de la France. Leurs décisions engagent la prospérité de dizaines de milliers, voire de millions d’individus. Pour les adversaires du libéralisme, ils ne sont pas très loin de représenter le diable, mais États, collectivités et entreprises leur font les yeux de Chimène. Et pour cause, ils financent des infrastructures, influent sur les cours des actions, prêtent aux États… Eux, vous l’aviez deviné, ce sont les fonds de pension. C’était donc le cocktail de clôture de la 4e édition du Forum mondial des Fonds de pension qui se tenait à l’Institut des Lettres et Manuscrits. Une manière de rendre l’invitation, puisque plut tôt dans la journée, le Forum recevait les représentants d’Aristophil, ainsi que la rédaction de Vox Patimonia.

Les poids lourds de la finance se penchent sur les lettres anciennes

Après que Laurent Bonneval, pour Vox Patrimonia, eut présenté les opportunités que présente le marché de l’art, ce fut au tour de Me Jean-Jacques Daigre, avocat et professeur émérite à l’École de droit de la Sorbonne, de présenter Aristophil et ses solutions de placement à une centaine de dirigeants de fonds de pension, de mutuelles et autres experts de la finance internationale. Étonnant, quand on imagine ces acteurs s’intéresser plutôt aux
Bons du Trésor ou aux actions. Pour bien comprendre ce qui motive le Forum des Fonds de pension à s’intéresser à un secteur aussi particulier que les lettres et manuscrits, il faut prendre un peu de recul. Les fonds de pension ont la lourde tâche de servir les retraites des employés du privé, mais aussi du public. Schématiquement, les cotisations retraites des employés constituent un capital, que le fonds a pour mission de préserver et faire fructifier pour ensuite le redistribuer aux retraités. À la différence des fonds spéculatifs, dont le but est le profit maximal à court terme, les fonds de pension sont en général gérés de manière conservatrice, avec une optique à long terme. Dans leur Étude mondiale sur les actifs des fonds de pension 2014, le cabinet de conseil en capital Towers Watson et le bimensuel financier américain Pensions & Investments détaillent la manière dont sont investies les sommes colossales des fonds de pension. Malgré des rendements qui peinent à couvrir l’inflation, la part des obligations et autres titres à revenus fixes est encore de 29 %. Les actions et assimilés, dont les cours ne cessent de monter depuis près de cinq ans, représentent 52% des actifs gérés. Rien que de très classique, jusqu’à ce que l’on se penche sur les 21% restants : il s’agit des investissements  » alternatifs ».

Lire la suite sur

Source: Aristophil

© Aconseil 2014 - Mentions légales - Recrutement

top